La parentalité

Sacré Père Noël.

21 décembre 2016

Voilà je crois que l’heure est grave, car nous sommes à 4 ou 5 jours, ça dépend de vos traditions, de la très probable rencontre avec le Père Noël. Les forums et groupes de discussions centrés sur la bienveillance envers l’enfant se déchaînent sur le sujet. Il y a donc les parents qui croient dur comme fer à l’existence du Père Noël (“si si, il existe, mon enfant !”), il y a les parents qui croient encore plus à son absence (“non non il ne passera pas car tu n’es pas sage, mon enfant !”), et il y a aussi les parents qui rougissent de mentir à leurs petits à qui ils apprennent à ne pas mentir (“euh ouiii euhhh tu sais ma fifille, c’est de belles histoires, c’est un conte…” “-Mais Maman…moi je suis trop pressée de le voir le Père Noël !” …. Et merde).

Alors pendant que les parents se chamaillent sur la meilleure façon de faire à Noël, Alexis lui, traîne au bout d’une main, en se penchant discrètement sur le côté de derrière le manteau de maman. Il tente d’apercevoir le Père Noël qui l’attend pour le prendre sur ses genoux dès que la file d’attente interminable pour la photo sera arrivée au bout. Il voit les petits dont c’est le tour pleurer et se débattre et les parents se fâcher : “-Mais si t’es méchant comme ça, le Père Noël il passera pas t’amener des cadeaux, il aime pas les enfants méchants !”

La gorge d’Alexis se serre, il a peur de pleurer, il veut des cadeaux, lui.

Il a vu ses parents emballer des jouets hier soir alors qu’ils le croyaient endormi, il a réfléchi cinquante fois pendant qu’il fixait le plafond dans le noir : on n’a pas de cheminée, il passe par où ? Comment il peut voler avec des rennes ? Une seule personne peut distribuer tous ces paquets pour tous les enfants de la Terre ? On est 7 milliards, ça fait beaucoup d’enfants, oui je sais ça, c’est papa qui me l’a dit.

Mon Papa il me dit tout ce que je veux savoir. Il m’a dit que probablement les dinosaures ont été tués par des météorites. Les graines elles poussent dans la terre grâce à l’eau, la lumière et des “neutréments”, je sais plus exactement le mot. Je sais même comment on fait les bébés. Papa me dit que le Père Noël n’a même pas besoin de ma lettre pour savoir ce qui me ferait plaisir, et qu’il s’en fiche si j’ai pas mangé mes épinards chez mémé mardi soir, qu’il me donne des cadeaux car il aime quand mes yeux brillent de joie. Mais on a pas de cheminée. Papa et moi, une fois, on a cherché sur la tablette comment avançait une fusée. Le traîneau n’a pas de gaz propulseur, à part le pet des rennes mais c’est peu. Bizarre.

Alexis observe son héros dans la cabane de bois, et le photographe qui s’agite en faisant rire les enfants crispés.

Moi quand je serai près du Père Noël, je lui demanderai plein de choses, j’ai besoin de savoir, savoir si la magie existe, savoir pourquoi y a tant de monde dans les magasins à Noël, savoir surtout pourquoi il m’aime alors que je ne l’ai jamais vu. Justine dans ma classe elle m’a dit qu’elle a jamais vu son père et qu’il l’aime pas, sinon il viendrait lui porter des cadeaux à son anniversaire.

Plus Alexis avance dans la file d’attente, plus il distingue ce qu’il se passe dans le chalet du photographe. Son cœur commence à taper fort, et il se demande pourquoi le Père Noël s’est déguisé : il a une fausse barbe, elle est en plastique comme celle de la perruque de clown blanche du coffre à jouet à la maison, il a des lunettes sans verres, jamais vu ça, le bas d’un jean dépasse du pantalon rouge…ce Père Noël a l’air embarrassé, mal à l’aise, comme quand on pas envie de faire la bise à Tata-Georgette-qui-pique.

Alexis se cache soudain derrière maman, et ses larmes montent aux yeux. Il est déçu. Il veut le vrai Papa Noël, celui qui va le serrer fort dans ses bras et l’écouter raconter dans les moindres détails décousus le dernier dessin animé qu’il a vu, lui faire un chocolat chaud alors qu’il s’est déjà lavé les dents, et l’emmener nourrir les rennes au parc, comme Papa fait toujours avec lui.

La chanson de Noël passe dans le centre commercial : “Peeetiiiiit Paaaapaaa Noooooëllllll, quand tu deeeeescendraaaaas du ciiiiiel….”

“Papa Noël ?”… “Papa ?”… Mais oui ! Papa ! Les cadeaux emballés pendant que je dors, la fois où je suis rentré en pleurant parce que les grands dans la cour m’ont dit “t’es qu’un bébé, le Père Noël c’est les parents”… et ma grande cousine Elise qui me murmure depuis cinq jours “Je crois au Papa Noël parce que j’ai peur de faire de la peine à mes parents”.

Les yeux encore embués, Alexis quitte brusquement la file d’attente en lâchant la main de sa mère. Il vient d’apercevoir son Papa qui les rejoint et lui tend les bras. Il l’aime tellement, tellement fort, son Papa !

EM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *